• Discussions avec l'au-delà

    L'Au-Delà:

     

    L'au-delà, ici, n'est point ce que vous croyez.

    Il ne s'agit pas d'un lieu où se rassemblent

    Les âmes dépossédées de leurs corps.

     

    Discussions avec l'au-delà

     

    L'au-delà est ce qui nous dépasse,

    Tout ce qui me dépasse.

    Les discussions que j'entretiens avec lui sont fréquentes

    Et pourtant tellement rares.

     

    Discussions avec l'au-delà

     

    Certaines resterons aussi à jamais cachées.

    De ce fait, l'herbe et les fleurs sauvages

    Auront sûrement le temps de pousser.

     

    Discussions avec l'au-delà

     

    .Textes.

  •  En Janvier dernier, j'avais déjà écrit un article ici pour dénoncer les camps d'internement chinois et ce qui s'apparente très fortement à un génocide du peuple Ouïghour en Chine, cet article en est la suite, ou plutôt une simple mise à jour sur la situation. Si vous n'êtes pas encore (bien) au courant de la situation, je vous invite donc à commencer par l'article précédent pour vous renseigner : Comment faire pour ne pas cautionner un génocide ? 

    Le Coronavirus n'a pas réglé le problème du non-respect des droits humains en Chine.

     
     Apparemment, on a vite fait de passer de "l'horrible gouvernement chinois" qui fait travailler adultes et enfants pour des salaires ridicules et s'en donne à coeur joie pour entamer le génocide des Ouïghours depuis 2017, au "merveilleux gouvernement chinois" sur lequel tous devraient prendre exemple, puisqu'il a mené a bien la construction de plusieurs hôpitaux en un temps record. Déjà, si vous prenez la peine de réfléchir plus d'une minute aux deux dernières informations, il y a quelque chose qui devrait vous faire tiquer, mais soit, nos médias ultra-performants ne sont apparemment pas capables de traiter de plusieurs informations à la fois, ni de les recouper entre elles (ce qui est sensé être une des bases du journalisme, je le rappelle).

     Je vous annonce cependant que, malheureusement, le coronavirus n'a pas eu pour effet d'arrêter la crise des droits humains qui a lieu depuis plusieurs années en Chine. Voici donc quelques liens informatifs ainsi que deux pétitions (en plus de celles et ceux déjà référencés dans l'article précédent) afin de vous renseigner sur la situation actuelle et de vous donner la possibilité d'agir. Une bonne activité à faire depuis chez sois, qui ne prends que quelques minutes et qui vous permets de vous rendre utiles, tout en restant confinés.

    De nouvelles preuves de la paranoïa du gouvernement chinois envers les Ouïghours et de leur volonté de faire disparaître leur culture.

    Les multinationales qui profitent du travail forcé des Ouïghours (spoiler: les mêmes que d'habitude)

    Reportage France 24, sur youtube, date du 10 mai 2019 mais contient déjà beaucoup d'informations importantes.

    Sensibilisation sur la situation des Ouïghours expatriés et pétition d'Amensty

    Le cas de Guligeina Tashimaimati : détenue parce qu'elle est ouïghoure. Pétition d'Amnesty 

     Je l'ai déjà évoqué mais je le répète parce que c'est important, en plus de la signature de pétitions (et donc des pressions que nous pouvons exercer sur nos gouvernement, pour qu'ils arrêtent de cautionner ce crime contre l'humanité, ainsi que sur le gouvernement chinois, sensible à l'opinion mondiale), les deux autres façons d'agir importantes à notre niveau sont la communication de l'information (les Ouïghours et citoyens chinois risquant gros s'ils osent en parler), ainsi que le boycott, car l'argent est décidément le seul langage que certains comprennent.

     En ces temps de panique médiatique, gardez l'esprit critique, ainsi que l'esprit de solidarité, ces deux biens sont probablement les plus importants que nous ayons, et notre moyen de défense le plus efficace.

     


    2 commentaires
  •   Un petit article juste pour vous parler d'un sujet qui me touche, et pour me donner l'impression de faire quelque chose pour lutter contre cette abomination qu'est le génocide des ouïghours et de l'anéantissement de leur culture par le gouvernement chinois. Parce que non, ce ne sont pas des drôles de camps de vacances, de rassemblement ou même de "rééducation", ce sont des camps d'internement, qui sont plutôt proches de camps de concentration. Si vous avez vraiment besoin d'un parallèle supplémentaire avec l'histoire, vous apprendrez qu'il y a des crématoriums à côté de ces soit-disant camps de loisir, ils brûlent les corps pour dissimuler les preuves. Ça vous donne pas l'impression de faire un petit voyage dans le temps de la seconde guerre mondiale, les fours, tout ça ?

     

    Comment ne pas cautionner un génocide ?

     

     Je ne me trouve pas très qualifiée pour vous faire un exposé sur le sujet, principalement parce que les informations sont malheureusement encore difficiles à trouver. Je signale quand même que la situation dure depuis plus de trois ans, l'apparition des camps datant d'avant 2017. Cependant j'ai eu la chance d'assister à la conférence d'une ouïghour réfugiée au Canada depuis plusieurs années, organisée par Amnesty International.


    Voici un petit résumé des éléments qui m'ont marquée :

    • Si la Chine s'intéresse autant à ce qu'ils appellent le Xinjiang (région autonome chinoise), ce n'est pas juste par principe, mais surtout parce qu'une grande partie, voire une majorité de leurs ressources naturelles s'y trouvent, à savoir: le coton,  le charbon et le pétrole. Sinon le Turkestan oriental a toujours été considéré par ses habitants comme un pays à part entière avec ses langues (le turc en majorité), sa culture et sa religion (musulmane), bien qu'historiquement le gouvernement aie toujours été plutôt laïque.

    Comment ne pas cautionner un génocide ?

     

    • Parmi les 47 raisons pour lesquelles vous pouvez être envoyé en camp, incluant une mauvaise maîtrise du mandarin ou l'utilisation d'une autre langue que le mandarin, le refus de consommer de l'alcool, de fumer ou de manger du porc, l'heure indiquée à votre montre peut également vous être fatale. En effet, il y a deux heures de décalage horaire entre Pékin et le Turkestan oriental, une chose aussi simple que de ne pas suivre l'horaire de Pékin, c'est à dire avoir la bonne heure, vous mets hors la loi.

     

    • En plus de décimer des familles, le gouvernement chinois envoie également des "fonctionnaires" dans les foyers dont on a enlevé une ou plusieurs personne(s) afin de vérifier que les membres restants "assimilent" bien la culture chinoise. Ce genre de pratiques entrainent des situations où une femme seule peut se retrouver enfermée chez elle avec un homme d'autorité, ai-je besoin de préciser que cela s'accompagne souvent de violences, de violences sexuelles ? Bien sûr, dans ces cas là, porter plainte ne donne rien et peut même vous pénaliser.

     

    • À force d'enlever des adultes à droite à gauche, cela laisse beaucoup d'enfants seuls, qui étaient avant, soit chez leurs grand-parents, soit à la rue. À présent la situation à empirer avec la création "d'orphelinats" (ou camps pour enfants), où les enfants sont "élevés" dans des conditions déplorables et obligés de porter des tenues traditionnelles chinoises (que même les chinois ne portent plus depuis des décennies), entre autres techniques de lavage de cerveau.

     

    • Les conditions dans les camps, évidemment, sont atroces. Les mauvais traitements sont nombreux mais ce que je trouve le plus représentatif de cette horreur est la privation de sommeil. Les détenus par cellules sont tellement nombreux qu'ils sont obligés de dormir tour à tour la nuit, car il n'y a pas la place pour plus d'une personne couchée, les autres devant rester debout.

     

    • Régulièrement, des détenus sont mis dans des bus, soit-disant en direction de Pékin. Plus personne n'entend plus jamais parler de ces gens. Ils disparaissent... Encore une fois c'est un peu difficile de ne pas penser aux pratiques de nos chers nazis en entendant ça...

     

     Et tout ce dont je viens de vous parler ne représente qu'une toute petite partie des faits, avec l'état de surveillance, les contrôles à tous les coins de rue (littéralement) et les mille et une façons de se retrouver dans l'illégalité quand on est ouïghour, il y a encore des tas de choses à dire, des tas de raisons de s'indigner.

    Comment ne pas cautionner un génocide ?

     
     Mais alors, après tout, ça se passe en Chine, en quoi est-ce que ça nous concerne ? Qu'est-ce qu'on peut bien y faire ? Premièrement, l'effort colossal que fait le gouvernement pour cacher leurs agissements montre bien qu'ils sont sensibles à l'opinion mondiale, ainsi qu'à la pression. En parler haut et fort, faire savoir à nos propres gouvernements que nous n'acceptons pas la situation, c'est déjà un premier pas à faire pour essayer, à notre niveau, d'arrêter ce massacre.

     Aussi, il ne faut pas oublier que même une fois sortis de la Chine, les ouïghours sont toujours en danger, eux et leur famille restée sur place. Pour eux, s'exprimer représente un danger réel, surtout avec toutes les données et informations que la Chine peut obtenir depuis qu'elle a basculé dans Black Mirror. Pour preuve,  encore récemment, les organisateurs d'une conférence sur le cas ouïghour dans une université québecoise se sont retrouvés assaillis de messages dissuasifs de la part du gouvernement chinois. Il est donc important d'utiliser notre voix, de personnes soit-disant non-concernées, pour répandre la vérité, nous qui ne risquons rien.

    Comment ne pas cautionner un génocide ?

     
     Enfin, c'est loin d'être un secret, la plupart de la marchandise que nous pouvons acheter en magasin vient de Chine. Certes, on a toujours su que les conditions de production étaient pour le moins inhumaines mais si il vous faut une raison de plus pour réfléchir à vos achats, sachez que vous risquez, en plus, de participer à un génocide* en achetant des produits "made in China". Certaines entreprises passant (parfois sans le savoir elles-même, enfin selon leurs dires) par les travailleurs forcés des camps de concentration ouïghours. Le boycott est aussi une bonne façon de faire pression sur le gouvernement.

     Voici les quelques marques dont on est assez sûrs de la culpabilité pour l'instant : Ikéa, Target, Cotton on, Jeansweast, H&M (pour pas changer). Dites-vous que simplement réduire votre consommation ou cibler quelques marques/catégories de marchandise à éviter est déjà un bon début, mais en tous cas, vous devriez être plus que suspect de tout produit en provenance de la Chine.

     

     Je vous laisse avec quelques liens utiles pour vous renseigner et agir :

    - Congrès Mondial Ouïghour

    - Une fuite expose les plans secrets de Pékin pour interner les Ouïgours

    - 10 things you need to know about China's Xinjiang crisis (anglais)

    - Uyghurs too scared to search for missing family (anglais)

    - La traque des ouïghours (qui continue hors de la Chine)

    - Après le foot en Russie, les jeux-olympiques en Chine...


     Pétitions :

    - Aidez-nous à retrouver Yiliyasijiang Reheman (Amnesty)

    - Agissez pour la protection des Ouïghours musulmans en Chine ! (Change.org)

     

     


    35 commentaires
  •  "Oui, enfin des tâches de peinture sur une toile blanche, moi aussi je peux le faire". Qui n'a jamais entendu, ou même prononcé ces mots face à une œuvre contemporaine ? Que cette affirmation soit vraie ou fausse, elle soulève des questions importantes: qu'est-ce qui fait la qualité d'une œuvre ? Comment certaines finissent au musée et d'autres oubliées au fond d'un grenier ?

     

     Tout d'abord, il y a la problématique de l'ampleur que peut prendre un "nom" dans le milieu artistique; oui, ce ne sont "que" des tâches de peintures mais ce sont celles de tel artiste donc elles se retrouvent au musée. Quand Marcel Duchamp vend une édition limitée d'urinoirs à des prix exorbitants, ou qu'une œuvre de Banksy est achetée à plus d'un million d'euros pour s'autodétruire durant la transaction, on peut en déduire que ces noms eux-mêmes ont un message à faire passer par rapport à l'absurdité de leur propre importance. Un joli paysage en huile sur toile peut multiplier ou diviser son prix par dix en étant attribuée à un peintre connu. C'est à se demander si on achète un nom plutôt qu'une œuvre… mais en réalité cela dérange sûrement très peu d'acheteurs, l'art est un très beau moyen de mettre son argent à l'abri des impôts, c'est bien connu et cela fait bien des cyniques. 

     

    Banksy - Girl with balloon

     

    Heureusement, il n'est pas exclusivement réservé aux collectionneurs fortunés qui se chamaillent sur le nombre de zéros, tout le monde peut l'apprécier. Entre citoyens lambdas peu concernés par le prix des Picasso, débarrassons nous un instant des noms et des estimations chiffrées, en plus de provoquer la panique générale chez tous les Jean-Paul de Boissigny, cela nous permettra de nous pencher sur la vraie valeur d'une œuvre. Selon cette phrase évoquée dans l'introduction, c'est la technique d'exécution qui compte, plus elle est complexe, plus l'œuvre est impressionnante. 

     

     Pourtant, sur le débat de la différenciation entre l'art et l'artisanat, un des arguments phare n'est il pas que la nuance se situe dans le message véhiculé, l'émotion transmise ? Juger un tableau sur la durée et la complexité de l'ouvrage de l'artiste en ferait donc une pièce d'artisanat et rien de plus, négligeant la démarche artistique et les réactions provoquées par celui-ci, au cœur de la vision de l'art contemporain.

     

     Bram Bogart dans son atelier.


    Simplifions encore et oublions que les résultats aux apparences les plus simples demandent parfois le plus de travail, nous pouvons alors nous demander pourquoi cette simplicité nous heurte tant ? Qu'y a-t-il de si insultant dans un Yves Klein pour nous faire pester et crier au scandale ? Je crois malheureusement que cela peut encore se résumer en une phrase : "Si il peut se faire autant d'argent et gagner une renommée pareille si facilement, pourquoi pas moi ?". La voilà, l'origine de ce grand cri d'injustice; l'égo. L'égo meurtri, et non pas l'esprit critique.

     

     Je ne vous demande pas de vous mettre à croire au comte de fée de l'art pur et merveilleux, exempt de toute corruption, mais si vous n'avez pas l'intention de dépenser des millions à la sortie de l'exposition, je vous propose d'oublier l'indécente décadence du marché, juste pour un moment, Jean-Paul en débat sûrement déjà assez avec ses amis Marie-Hélène et Maximilien. Acceptez donc d'abandonner une partie de cet égo bruyant qui vous empoisonne le cerveau, posez le à côté de votre cynisme, à l'entrée du musée. Ainsi dépouillé, posez un nouveau regard, libéré, sur l'art et trouvez une nouvelle appréciation de la vie.

     

    Bouh

     

    L'art d'apprécier l'art contemporainJean-Michel Basquiat, Untitled( Boxer), 1982, acrylic et crayon, 193cm x 239 cm

     

     

    Ps : À tous les pseudos journalistes qui tapent des œuvres dans leurs articles sans préciser aucunes informations et/ou sans citer un site qui le fait (et qui ne liront jamais ceci); je vous hais. Wikipédia fait mieux le taf que vous. J'ai été obligée de mettre des dizaines de liens wiki dans tous mes travaux d'histoire de l'art par votre faute. Vous irez en enfer.

     


    11 commentaires
  •  

    allez voir un psy.

     

     Nous sommes tous traumatisés.

     Tout d'abord, que ce soit dans la vraie vie ou dans une simulation virtuelle, rien n'est invincible. Si un personnage ne peut être vaincu: il n'y a plus de jeux ! Alors tout bonus vient avec son malus; les humains ont peut-être hérité d'une intelligence plus développée que tous les autres animaux mais ils ont aussi eu les dilemmes moraux, les complexes, les crises existentielles, la malfaisance, la folie,... Notre vie en est à un tel point de complexité qu'il est totalement impossible d'exister sans être atteint de près ou de loin par l'une de ces choses.

     Ensuite, je ne peux pas nommer une seule personne de mon entourage, proche ou éloigné, qui n'aie pas de cicatrice. Absolument tous portent une de ces vieilles douleurs qui ne se décident pas à disparaître. Certains s'en sortent bien, ils ont pu trouver l'armoire à pharmacie par eux-même, tant mieux pour eux. La majorité s'est perdue en chemin, elle est entrée dans le labyrinthe sans son fil d'Ariane et au bout de quelques mètres elle s'est retrouvée à avancer à tâtons, espérant ne pas tomber sur le minotaure...

     La vie est juste trop compliquée pour ne pas être cruelle par moments et ce envers chacun de nous... pourtant nous sommes si peu à l'admettre quand ça va mal. Bien sûr, il faut être courageux, mais cela ne veut pas dire garder tous ses problèmes pour sois: parfois, le courage, c'est d'oser en parler à d'autres et d'exposer ses faiblesses. Bien sûr il faut être fort, mais il n'y a aucun mérite à tout gérer sois-même: aussi solitaire qu'on puisse se considérer, l'espèce humaine est une espèce sociable, nous avons besoin les uns des autres. Alors quand vous vous retrouvés seuls dans le noir, au lieu de continuer à avancer dans la peur, le froid et le doute, osez parler, dites un mot, parce que quelqu'un vous entendra.

      J'ai manifesté des signes de dépression depuis mes 13 ans à peu près et il a fallu que j'attende que cela deviennent insupportable pour aller voir une psychologue, à 16 ans. Deux ans plus tard j'ai encore du chemin à faire mais j'ai surtout du mal à croire à toute la distance que j'ai parcouru. J'aurais pu expliquer à ma mère que j'avais besoin de voir un spécialiste tellement plus tôt, je le savais déjà très bien au fond de moi à l'époque, mais j'avais toujours l'impression que ce n'était pas assez grave, pas assez important, "juste" l'adolescence... alors que quand j'ai un rhume, comme tous les hivers depuis quelques années, dés que je sens que ça s'aggrave, je vais chez le médecin pour trouver une solution.

     Un psychologue est un médecin. Vous avez un problème qui relève de son domaine, vous allez le voir. Je l'ai introduit plus haut, il n'y a aucune honte à cela, vous avez le droit d'être heureux, mais pour ça il faut commencer à voir vos problèmes en face et à les accepter. Si vous avez des migraines tous les jours mais que vous faites comme si de rien n'était à chaque fois, ça n'ira jamais mieux. Si vous pleurez dés que vous croisez un miroir, si vous vous sentez mélancolique toutes les nuits, si vous enragez pour la moindre petite chose, si vous trimballez des regrets plus gros que des montagnes, et que vous faites comme si de rien n'était, ça n'ira jamais mieux.

     Enfin je tenais à vous parler de ce sujet parce que le gros du travail, sur ma santé mentale, est plus ou moins fini pour moi.  Je m'en sors donc plutôt bien, globalement j'ai assez appris pour pouvoir me gérer toute seule et éviter tout accident en cas de crise. Cependant j'entame en ce moment un autre processus pour mieux comprendre mes rouages, une sorte de réparation, disons, de tout ce qui a été accidenté au cours de mes quelques années de vie et ça me permet réellement de comprendre et régler un nombre de choses incroyable. Ça me fait avancer. Je continue donc à aller chez ma psychologue, parce que ça ne devrait pas être considéré comme la solution d'extrême urgence mais comme un entretien chez un généraliste. Arrêtons de nous voiler la face, cette profession n'existe pas que pour les quelques "tarés" que nous mettons loin de nous dans notre tête, mais bien pour le genre humain en général, sinon les thérapeutes n'auraient pas le quart du salaire qu'ils perçoivent de nos jours.

     Alors, oui, je sais que certaines personnes ont eu de très mauvaises expériences avec des psychologues. Malheureusement il faut juste chercher jusqu'à ce qu'on trouve le bon car, bien heureusement, nous sommes tous différents et les spécialistes aussi. Enfin, je parle de la thérapie, mais commencer par en parler à une personne de confiance est aussi un premier pas important.

    Nous sommes tous traumatisés, il n'y a pas de honte à se faire aider.

     

    allez voir un psy.

     


    4 commentaires
  • Cela fait maintenant quelques mois que j'avais évoqué l'idée de parler un peu d'histoire de l'art sur ce blog, cependant je n'arrivais pas à trouver la façon dont j'allais aborder le sujet... L'idée de faire un genre de fiche assez simple, pour qui voudrait trouver quelques clefs de compréhension en peinture sans non plus se prendre la tête avec les détails, m'est finalement venue... dites moi ce que vous en pensez !

    Vous voilà donc face à un tableau, vous percevez plein d'informations, vous vous êtes même probablement déjà fait un avis en suivant votre première impression, mais d'où vient-elle, cette impression justement ?

     Lire une oeuvre d'art (version simplifiée)

     

    La perspective :

    On commence par quelque chose qui est assez intuitif et dont, normalement, nous avons tous déjà entendu parler.  La théorie est en fait assez longue et complexe, mais on peut toujours aller à l'essentiel.

    La perspective classique:  Un point de fuite situé à peu près au fond de la scène et les lignes de fuites, plus ou moins marquées, qui l'accompagnent. Ce procédé vient obligatoirement avec des plans (l'avant-plan, l'arrière plan,...) qui ne sont en fait que des "découpes" du tableau dans sa hauteur, on appelle tout ça la perspective linéaire. À celle-ci vient s'ajouter la perspective atmosphérique, le plus souvent utilisée dans les paysage: plus l'endroit est loin, plus les couleurs sont diluées (plus claires) et les contours flous et les éléments petits.

     

    Lire une oeuvre d'art (version simplifiée)

     

    La perspective analytique:  D'abord utilisée dans les œuvres précédant la renaissance. Le peintre représente alors, non pas ce qu'il voit d'un objet, mais tout ce qu'il sait sur celui-ci: en utilisant le rabattement, il ne représentera pas seulement l'avant de la maison mais également son toit, ses façades droites et gauche, le jardin à l'avant,... s'il dessine un chat, un peu comme le ferait un enfant, celui-ci aura ses quatre pattes, sa queue et sa tête représentés. À noter aussi que les proportions dépendent de l'importance de ce qui est représenté et sont bien souvent tout sauf réalistes.

     

    Lire une oeuvre d'art (version simplifiée)

     

    La perspective pour les contemporains:  Maintenant que l'humanité a acquis un tel bagage, cela fait quelques années que les peintres ont commencé à s'en servir différemment, à jouer avec les codes, les transgresser, etc. On retrouvera donc beaucoup de perspective analytique dans le cubisme par exemple, mais pourquoi pas l'associer à une perspective classique et désorienter un peu le cerveau du spectateur ?

     

    Lire une oeuvre d'art (version simplifiée)

     

    Voila pour ce premier essais, j'aimerais beaucoup avoir vos retours pour savoir, s'il y a une suite, quels points améliorer ou conserver,... Pour avoir les renseignements sur les œuvres il suffit de survoler avec la souris pour connaître le titre et l'auteur et j'ai mis les liens qui mènent aux sites si vous cliquez. Je n'ai rien analysé et je n'ai pas justifié l'utilisation des tableaux en tant qu'illustrations de mes propos pour que vous puissiez faire l'exercice vous même mais n'hésitez pas à me poser des questions si vous en avez ^^.


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique