• Rituel Païen de Restitution d'âme

    Ici, je posterai les différentes fiches de personnages RPG que j'ai créées de mes petites main.

     

    Je dis bien, je les ai créées donc le premier celeris que je trouve à utiliser un de mes personnages (on sait jamais) sans mon autoristaion aura affaire à moi, sérieusement, je n'aimerais pas être à la place du voleur (déjà parce que je me sentirais extrêmement coupable).

    Par contre, si vraiment vraiment vraiment vous mourrez d'envie de jouer un perso (on sait jamais bis) il vous suffit de m'envoyer un mp ou de commenter sous la fiche en me communiquant :

     

    -Le RPG dans lequel vous comptez jouer le perso. (lien)

    -Ce qu'il faudrait modifier pour intégrer le perso au dit RPG.

    -Un exemple de publie (ne le prenez pas mal mais je m'attache à mes personnages et je ne veux pas les filer à quelqu'un qui en fera n'importe quoi ou simplement quelque chose que je n'approuve pas).

     

    Voili, voilou, si vous respectez ça, on devrait bien s'entendre ^^

     

    Ps: Dans les titres des articles je note : Le nom du RPG pour lequel le personnage à été créé ou, s'il est fermé, simplement "RPG" - le nom du personnage - le contexte du RP/carde spatio-temporel.

     

  • Nom : Irae Flores

    Prénom : Mitsuki

    Age : 17 ans

    Race (elfe, fée, lutin, troll,..) : ange de l'apocalypse /personnage mythique invoqué par un rythe complexe dont on ignore presque tout, exepté qu'il  impliqe le sacrifice d'un ange au coeur pur , envoyé sur terre pour jouer un rôle décisif dans l'apocaplypse./ Croit être une démone.

    Pouvoir :

    - Elle est dotée des capacités normales d'une démone : force surnaturelle, de grandes ailes noires ainsi qu'un don de perssuasion qu'elle maîtrise assez bien.

    - Parfois, quand elle fait ce qu'elle appelle "sa crise", elle arrive soudainent à tout contrôler, absolument tout, d'un coup. Les rares fois où ça lui est arrivé (souvent à cause d'une émotion forte) elle a eu l'impression que son corps allait exploser et s'est évanouie après quelques minutes, puis elle est restée dans le coma pendant plusieurs jours.

    Histoire :

    Mitsuki n'a jamais connu ses parents, elle a été adoptée par un couple de démons de la noblesse dés ses premiers mois et ceux-ci lui ont toujours raconté qu'ils l'avaient trouvée dans un panier devant leur porte un soir d'automne, sans mots ni documents, ils n'avaient donc aucune information sur ses parents biologiques, tout ce qu'ils savaient, c'est qu'elle était très probablement une démone. 

    A quatorze ans, le premier signe de sa différence se manifesta : durant une réunion de famille, alors que son cousin venait d'annoncer fièrement qu'il avait ensorcelé le chat pour la troisième fois de la soirée et que celui-ci s'était mis à hurler de mal, elle sentit une colère immense monter en elle, elle voulut crier mais tout d'un coup, ses pieds ne touchaient plus le sol, ses membres ne lui obéissaient plus et une sensation horrible et indescriptible lui parcourut tout le corps, au bord de l'explosion, elle était devenue l'univers et l'univers était devenu tornade, les objets volaient, le sol tremblait, le plafond s'écroulait et l'entièreté de l'assemblée, bien que composée de démons, ne put l'arrêter avant qu'elle ne s'évanouisse.

    Trois jour plus tard, au sortir de son coma, une fois la crise de panique passée, elle décida qu'il était temps pour elle de savoir qui elle était et d'où elle venait. Certaine, à raison, que sa famille d'adoption la craignait et se méfiait d'elle à cause de cet incident (qu'elle avait mentalement baptisé "sa crise"), elle fugua.

    Durant son errance elle eut l'occasion de visiter plusieurs mondes, de connaître une foule de gens différents, mais jamais aucun indice sur ses origines, à part ses horribles "crises" qu'elle redoutait plus que tout.

    Elle rencontra notamment Eliane, une sorcière et pirate incroyablement talentueuse dans la manipulation des armes qui lui apprit tout de cet art, avant de mourir en mer, quelques mois après son départ. Aragon, ce démon mystérieux qui aurait pu lui enseigner tellement de choses, s'il n'avait pas bien connu Anya et Créos, ses parents adoptifs, et qu'elle n'avait pas dû le fuir comme la peste. Mary, Yuri et Suzuki aussi, ces trois compagnons aussi soudés qu'espiègles, membres de L'Aki, sorte de gang défendant les plus démunis et les oubliés de la justice, malheureusements portés disparus... Et puis Léa, une humaine fascinante qui la considérait comme sa meilleure amie et qu'elle blessa gravement, par accident, lors d'une crise, avant de s'en aller sans jamais la revoir.

    Tant de personnalités fortes et inspirantes qui l'avaient certes formée à la vie mais aussi convaincue qu'elle était une sorte d'être maudit, portant malheur à ceux qui l'entourent et condamnée à la solitude.

    Description physique

    Apparence "normale" :

    Mitsuki a de grands yeux rouges (signe caractéristique des démons) en forme d'amande, un nez fin, légèrement retroussé, une bouche petite mais charnue, souvent colorée de la même couleur que ses yeux et des cheveux noirs et brillants comme le plumage d'un corbeau qui contrastent avec sa peau pâle, tout de même pigmentée de quelques touches de couleurs au niveau des joues, elle rougit d'ailleurs très facilemet. Elle est un peu plus grande que la moyenne mais elle est surtout très élancée et naturellement musclée. Elle porte beaucoup de vêtements noirs, majoritairement des robes qui peuvent être assez sophistiquée à cause de l'influence de son éduquation mais jamais trop encombrantes ou restraignantes, elle veut toujours pouvoir prête à se battre en cas de problème.

    Forme démoniaque (uniquement quand elle utilise ses pouvoirs de démone) :

    Lorsqu'elle passe sous sa forme démoniaque, pour utiliser son don de perssuasion par exemple, ses cheveux deviennent blancs comme la neige et ses grandes ailes noires apparaissent, du reste, elle ne change pas.

     Quand elle fait "sa crise":

    Elle prend son apparence démoniaque, ses yeux deviennent blancs et ses veines ressortent partout sur son corps.

    caractère :

    Elle est très timide mais combat constamment sa peur et essaie d'aller vers les autres, cependant elle ne veut pas s'attacher et ne peut donc pas s'empêcher d'être très réservée et distante. Elle essaie le plus possible de contrôler ses émotions, surtout sa colère qu'elle sait très dangereuse mais elle n'hésitera pas à aller au combat, mental ou physique, si cela lui semble juste et nécessaire, pour autant. Pour garder son calme, elle pratique plusieurs disciplines, comme l'écriture, la peinture ou le tir, dans lesquelles elle excelle. Elle passe le plus clair de son temps dans son monde, la sortir de sa rêverie peut être un vrai défi, à part peut-être si il y a du chocolat en jeu, elle est d'ailleurs extrêmement distraite. Si elle peut être super motivée, productive et sportive un jour, elle peut aussi passer à l'état de larve flemmarde le lendemain. Anticonformiste sur les bords, il ne faut pas venir l'embêter avec des règlements ou autres codes vestimentaires. Enfin, elle porte en elle la tristesse de la perte et bien qu'elle essaie constamment de la dissimuler, elle transparait dans le son de sa voix pour ceux qui savent écouter.

    Aime : lire, écrire, peindre, voler, tirer, les animaux, le chocolat, les beau paysages et le noir.

    N'aime pas : les règlements, les gens qui s'écoutent parler, ceux qui abusent de leur pouvoir et l'ignorance.

     


    1 commentaire
  •  

    -Lien du RP.-

     

    2249

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nom : Habsbourg
    Prénom : Gabrielle
    Âge : 19 ans
    Genre : femme
    Origines : Angleterre
    Identité : Cyborg (oeil droit + jambe gauche)
    Profession : écrivaine + elle enchaine les petits boulots (cuisinière, femme de ménage, serveuse,.)


    Mode de Pensé :

     Gabrielle est plutôt introvertie, ayant passé la majorité de sa vie en marge de la société, elle n'est pas habituée aux foules, qu'elle détèste, et préfère s'isoler pour observer. Elle est d'ailleurs devenue assez douée pour cerner les gens et savoir, par exemple, que si monsieur A parle avec monsieur B, une dispute risque de s'en suivre: elle fera alors tout ce qu'elle peut pour l'éviter, par gentillesse, certes, mais aussi parce que les conflits l'exaspèrent.

     Passionée par l'écriture, elle peut veiller des nuits entières à raturer dans ses carnets, en plus des heures de travail qu'elle effectue par jour, elle a tendance à se surmener et parait constamment fatiguée, heureusement pour elle qu'elle a toujours au moins une jambe sur qui compter et un oeil qui ne se ferme pas.

     Pour plusieurs raisons, elle ne supporte pas d'être enfermée, autant physiquement que mentalement, et réagit très mal à l'autorité. Elle est constamment à la poursuite de la liberté la plus totale alors il ne s'agit pas de lui donner des ordres, elle a beau travailler correctement, si son ou sa chef abuse de son pouvoir, il ou elle risquera gros, d'autant plus que Gabrielle sait frapper là où ça fait mal et avec les mots qu'il faut.

     Pourtant, Gaby est une personne extrêmement fiable et profondément gentille, elle est convaincue  que personne n'est totalement mauvais et elle refusera difficilement son aide à quelqu'un qui en a besoin et/ou qui la lui demande. Elle a par contre beaucoup de mal à s'ouvrir aux autres, elle reste très secrète et rares sont les personnes qui la connaissent vraiment autres que son chat : pour la plupart, c'est simplement une fille taciturne, distante mais serviable qui fait des allers retours dans leur paysage.

     Enfin, Melle Habsbourg est une grande rêveuse, un peu mélancolique et on retrouvera souvent des nuages gris de remords ou blancs d'espoirs dans son oeil gauche. Le droit, lui, parait toujours froid et alerte, et il l'est en effet, puisque totalement électronique, mais on le voit plus rarement puisqu'elle le cache sous ses cheveux. Elle voyage aussi beaucoup, avide de découvrir de nouveaux paysages et rebutée à l'idée de rester au même endroit trop longtemps.

     
    Présentation :

     Gabrielle a les cheveux coupés au carré, ils sont naturellement bruns mais elle se les teint en violet, elle se laisse aussi pousser une mèche épaisse pour cacher son oeil mécanique, elle n'en a pas honte mais elle trouve étrange de le voir quand elle se regarde dans la glace. Elle a les yeux bleu qui tirent fortement sur le mauve. Elle fait un mètre soixante. Elle est assez fine mais musclée par le travail. Sa jambe gauche, entièrement mécanique parait un peu rigide et plus épaisse au niveau du genou que l'autre, mais il faudrait très bien s'y connaître pour deviner qu'elle n'est pas de chair et d'os.

     Pour les vêtements, Gaby porte souvent des shorts accompagnés de bas, quoiqu'il arrive, on ne la verra pas les jambes nues et ses habits ne la restreignent jamais dans ses mouvements. Elle met beaucoup de grands gilets ou de pulls trop larges  mais  elle garde presque tout le temps  sa chemise, sa cravate et son par-dessus de serveuse pour économiser du temps. Elle n'est pas particulièrement extravagante mais elle aime avoir sur elle quelque chose qui surprenne les gens, simplement pour voir de l'étonnement plutôt que de l'ennui dans leur regard, aussi, elle porte régulièrement quelques bijoux étranges, comme un bracelet fait d'éclats de miroir, un collier de fleurs séchées ou une boucle d'oreille de mots, et puis, surtout, ses petits moyens l'obligent à les créer elle-même...



    Histoire :

     Gabrielle Habsbourg est née aveugle de l'oeil droit et estropiée d'une jambe. Aussi, ses parents, deux riches avocats à la fois aimants et anxieux, ne l'envoyèrent pas à l'école : la cruauté des enfants entre eux est sans limites, pensaient-ils.

     Elle passa donc toute sa scolarité chez elle, par correspondance. Surprotégée et très rarement au contact du monde extérieur, ses seules relations amicales se limitaient à son chat, Pixel et à la cuisinière de la maison, Annah. Cette dernière lui apprit, malgré son handicap et à l'insu de ses paranoïaques de parents, à peu près tout ce qu'il fallait savoir pour se débrouiller dans le "vrai monde". C'est notamment grâce à elle, d'ailleurs, que la jeune fille prit goût à la lecture. Les livres, qu'elle peinait à lire à cause de ses problèmes de vues, lui révélaient tous leurs secrets au son de la voix de celle qu'elle aimait appeler sa préceptrice.

     Bien sûr, Edgar et Suzanne Habsbourg ne furent jamais mis au courant de cette relation, ils se seraient alors posé des milliers de questions : "Et si elle lui mettait en tête d'aller explorer la ville ?  Et si elle nous arrachait notre fille ? Et si... ?" Les deux époux qui n'avaient pas pu retenir leur garçon, Bill, de s'en aller dés sa majorité, alors que sa petite soeur n'avait que 5 ans, avaient une peur bleue de finir seuls.

      Quand Gaby eut dix-sept ans, la loi interdisant les greffes mécaniques sur les humains fut abolie. Elle se mit alors à rêver de cette opération qui lui permettrait d'être enfin autonome mais, évidemment,  Monsieur et Madame, malades rien qu'à l'idée de voir leur enfant voler de ses propres ailes, n'étaient pas du même avis et  trouvaient des tonnes de raisons plus stupides les unes que les autres de l'en priver.

     Seulement, Gabrielle était tenace, avec l'aide précieuse d'Annah, elle réussit à rassembler tous les documents nécessaires, la bibliothèque pleine de livres de loi du grand salon s'étant rendue très utile et, reproduisant presque les scènes d'actions de ses fictions préférées, à dérober la somme d'argent demandée à ses parents (qui de toute façons ne le remarqueraient pas de si tôt).

    Bien sûre, rien de tout cela n'aurait été possible sans l'ingéniosité de la cuisinière qui, tantôt, contactait une de ses relations en cachette pour se procurer les dossiers, tantôt glissait discrètement  quelques précieux papiers à remplir dans la pile de factures de la mère avant de les récupérer, complétés, in extremis...

     Finalement, après plusieurs mois de galère, elle laissa un mot sur son lit "je pars à l'hôpital avec une amie, je suis désolée, je ne pouvais plus le supporter, je sais que vous comprenez". L'opération se passa pour le mieux, il lui fallut un temps d'adaptation mais elle fut bientôt capable de voir, de lire, de marcher et de courir comme elle ne l'aurait jamais imaginé.

     Elle ne revint qu'une fois chez ses parents, tard dans la nuit, pour reprendre son chat. Elle se sent encore coupable de les avoir abandonnés, mais elle ne reviendrait en arrière pour rien au monde. Elle logea un temps chez une amie de sa préceptrice, elle était écrivaine et un peu extravagante, c'est elle qui lui apprit les bases du métier et qui la conforta dans son désir d'écrire.

     Aujourd'hui Gabrielle va d'auberges en auberges, ayant développé une claustrophobie impressionnante, elle a comme besoin de bouger sans cesse. Elle enchaine également les petits boulots, refusant catégoriquement qu'on lui prête le moindre sous, elle nourrit l'espoir de pouvoir un jour rembourser les Habsbourg. Elle est donc "cuisinière" (ou réchauffeuse-décongeleuse de plat comme elle dit) à l'hôpital  de 4h30 à 7h, Femme de ménage au grand Aquarium de 12h à 14h et de 17 h à 19 h 30, serveuse de 20h à minuit et enfin, bien sûr, écrivaine à temps plein.

    Crédits : Touka - Tokyo Ghoul  (The Cookie)

     


    votre commentaire
  •  

    Propriété de Cookie, ne pas voler, merci bien*

     

    *Avatar :

    (Courtney Love)

     

    Résultat de recherche d'images pour "courtney love young"

     

    *Nom et prénom.

    Lucy Brown

     

    *Âge.

    24 ans

     

    *Statut du personnage. (Interne ou médecin)

    médecin (infirmière)

     

    *Troubles ou caractéristiques du personnage.

    - alcoolique  - carphologie - paralysie du bras gauche - tendances auto-destructrices -

     

    *Bio.

     

      Lucy Brown fut élevée dans une famille plus qu'aisée par deux parents bourgeois et prétentieux, qui avaient tendance à tout faire pour que leur unique enfant paraisse la plus heureuse du monde…à condition que celle-ci soit docile et surtout, la plus normale possible.     Seulement, Lucy ne fut cette progéniture idéale que pour un temps.

     

      En effet, quelques années avant le cauchemar allemand, elle commença à se rebeller, elle se mit a fréquenter les endroits les plus glauques et malsains de Seattle dés qu'elle le pouvait, allant de drogues en drogues, de ruelles sombres en ruelles sombres...

     

      Et lorsque ses géniteurs l'enfermaient dans leur grande et froide demeure, lorsqu'elle ne pouvait se défaire des chaines de leurs désirs, elle trouvait encore le moyen de s'évader, empruntant tantôt le chemin des étoiles, tantôt celui qui menait au plus profond des trypes de Gaïa, tout cela avec les seuls moyens dont elle disposait : ses carnets et son encre.

     

      Puis, la guerre éclata, l'orage qui tonait dans l'âme de la descendante des Brown se mua en une tempête violente et destructrice. Jusqu'ici, elle n'était en somme, qu'une jeune anarchiste croulant sous l'argent, préférant l'Art et le brute au confort et à la douceur que la vie lui offrait. Mais elle ne put tout simplement pas tenir plus d'une semaine dans l'atmosphère Hitlerienne pro-nazis qui règnait chez elle, papa et maman n'étaient pas réputés pour leur bienveillance.

     

      N'ayant plus aucune attache, elle fit ses valises sans hésiter. Elle se retournait une dernière fois sur l'endroit où elle avait grandi quand une idée germa dans son esprit…                                   Le lendemain de son départ, tous les journaux parlaient de cet horrible incendie qui avait ravagé le domaine des Brown.

     

    Une fois livrée à elle-même, Lucy décida de partir clandestinement pour l'Angleterre, elle n'avait aucune envie que les autorités américaine la retrouve et puis, elle se disait que sur place elle pourrait se rendre utile.

     

      Après avoir effectuer un voyage érintant à bord d'un bâteau de marchandise, elle débarqua sur le sol anglais et s'engagea dans la résistance presque aussitôt. Grâce à sa force de caractère et comme elle n'avait pas froid aux yeux, elle devint rapidement un élément indispensable. Mais au bout d'un an et demi, elle dut cesser de participer aux missions périlleuses à cause d'une paralysie du bras gauche causée par un éclat d'obus. Ayant à cœur de poursuivre le combat, elle se mit à soigner les blessés.

     

     Dans ces hôpitaux à ciel ouvert, où la poussière et la crasse recouvraient tout d'un manteau gris et laid, elle vit les pires horreurs et déformations que peut subir un être. Presque naturellement, sans qu'elle puisse s'en empêcher, sans même essayer de s'en empêcher d'ailleurs, elle tenta pour la première fois des'auto-détruire à coup de scalpel.

     

     Le quotidien de Lucy se résumait alors à un interminable cauchemar, toujours plus sombre, plus paniquant, plus sanglant…C'est la raison pour laquelle elle tomba pour de bon dans l'alcoolisme, bien qu'elle aie toujours eu un don pour se déconnecter du réel, elle avait parfois besoin d'une main chaleureuse pour la réconforter, et dans ces moments la, chaque bouteille qu'elle pouvait trouver se révèlait être un ami précieux.

     

    Puis, vint la fin de la guerre. Le monde semblait partagé entre la joie du retour de la paix et la tristesse de la perte. Mais la jeune Brown, elle, était bien loin de tout ça, elle ne ressentait rien d'autre qu'une immense incompréhension à l'égard de cet ancien monde, duquel elle s'était séparée si tôt. Car la Grande Guerre l'avait changée jusqu'au plus profond de son être, elle ne se sentait plus dutout adaptée à la "vie normale".

     

     En désespoir de cause, elle retourna à Seattle, à la recherche de quelque chose qui la ramènerait à elle-même. Mais elle avait beau se promener dans les quartiers malfamés qu'elle avait si bien connu, se saouler aux même bars et s'effondrer aux mêmes coins de rues, rien ne se passait. Puis, elle comprit, elle devait tout simplement trouver le moyen de s'isoler, encore une fois, de ce monde qu'elle ne comprenait plus. C'est alors presque naturellement qu'elle se retrouva à travailler au Listening Asylum.

     

     

    *voir règlement


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique