•  

    Je déteste réellement être inspirée par "l'amûr" parce que c'est une des seules choses que je ne maitrise pas du tout en terme d'écriture : je peux partir dans le descriptif, dans la réflexion, parler de la peine, de la tristesse, de la colère et même de la joie sans plus de difficultés que d'habitude, mais dés que ça parle d'amour, je rame et je rame et je rame, c'est soit trop niais, soit trop torturé, soit trop plat... Du coup, j'ai à peu près tout mixé pour écrire ça et je me force à le poster pour m'améliorer :') Je suis quand même assez satisfaite du résultat par rapport aux autres textes que j'ai déjà écrit à ce sujet, je prend toutes les critiques, ça m'aiderait vraiment :)

     

    Ivre Morte

     

     

     

    Fatiguée de cette enveloppe

     

    De nerfs et de peaux,

     

    Épuisée de ces connexions

     

    De ces décharges,

     

    De tout ces mécanismes

     

    Qui grincent et qui couinent

     

    Résonnant dans mon être :

     

    Séisme de mes cellules.

     

     

     

    Blessée par toutes ces choses,

     

    Tous ces êtres,

     

    Toutes ces ondes,

     

    Tout cet air,

     

    Tout ce qui percute

     

    Ce que je suis :

     

    Tremblement de terre

     

    Dans ma chair.

     

     

     

    Encerclée, envahie,

     

    Débordée,

     

    Par ces couleurs,

     

    Ces rictus,

     

    Ces cris,

     

    Ces douleurs.

     

    Cette brûlure qui s’étend

     

    Consumant tout à l’intérieur.

     

     

     

    Morte de m’entendre craquer

     

    Morte de m’entendre trembler

     

    Morte de m’entendre saigner

     

    Morte de m’entendre vivre

     

    Sans

     

     

     

    Toi

     

    Ivre de t’entendre chanter

     

    Ivre de t’entendre vibrer

     

    Ivre de t’entendre exister

     

    Ivre de t’entendre vivre

     

     

     

    Enveloppée, animée,

     

    Illuminée,

     

    Par ces couleurs,

     

    Ces rires,

     

    Ces soupirs,

     

    Ces pleurs,

     

    Ces flammes qui dansent

     

    Avivant tout à l’extérieur

     

     

     

     

    Enchantant toutes ces choses

     

    Tous ces êtres

     

    Toutes ces ondes

     

    Tout cet air

     

    Tout ce qui rencontre

     

    Ce que tu es :

     

    Fourmillement des étoiles

     

    Aux bouts de tes doigts

     

     

     

    Enlacée par cette enveloppe

     

    De cordons et de soie

     

    Parcourue par ces rouages

     

    Ces écrous

     

    Tout ce mécanisme

     

    Qui se rythme et s’harmonise,

     

    Articulant ton être :

     

    Musique de tes cellules.

     

     


    votre commentaire
  • Bon, alors je pourrais refaire un article de bla bla pour m'excuser de pas être là MAIS je vais plutôt parler de l'expérience géniale que j'ai vécu la semaine dernière, résultat d'une année et demie de travail, ce sera plus pertinent x)

     

    Aucun texte alternatif disponible.

     

      Il y a quatre ans, ma mère lisait le programme du théâtre de l'ancre (un des nombreux théâtres de ma très chère ville, soit disant d'incultes et d'ignorants...) quand elle a vu qu'ils organisaient un atelier ado, l'occasion de s'engager dans un projet théâtral professionnel dirigé par une metteure en scène, elle a pensé à moi et m'en a parlé. Je n'ai sincèrement aucune idée de ce qui m'a poussé à y aller. Bien sûr j'aimais déjà le théâtre mais alors aller me mêler à toute une bande d'ados (dont beaucoup se connaissaient déjà de la saison dernière) pour aller y faire une chose inconnue qui implique non seulement de prendre la parole en public mais aussi d'y mettre de sois et de s'y investir, de s'exposer à chaque fois... Ça ne me ressemblait absolument pas...

      Toujours est-il que j'y suis allée, par je ne sais quel miracle, malgré l'immense angoisse qui me serrait la gorge et les tripes, malgré les battements de mon coeur qui résonnaient dans ma tête à un rythme effréné, je n'ai pas renoncé. Je suis sortie de la voiture, j'ai passé la porte d'entrée, je suis montée au studio, en priant pour ne pas m'évanouir à chaque marche que je gravissais, j'ai pris à droite et, ô Dieu, j'en suis arrivée à l'étape la plus périlleuse, celle qui a bien failli m'achever : j'ai dit bonjour puis je me suis assise.

      Après ça, sans vouloir être dramatique, je ne sais simplement pas comment le dire autrement, après ça, tout a changé. J'ai découvert une passion et je n'ai pas cessé de travailler pour la faire évoluer, pour évoluer moi-même. J'ai appris à parler haut et fort, à crier sans partir dans les aigus et même à chuchoter de manière intelligible pour toute une salle. J'ai appris à maîtriser mon corps, en faire un outil solide qui me supporte. J'ai appris à ne pas avoir peur, à ne pas avoir honte, à y aller à fond. J'ai appris à transmettre un message, à porter quelque chose sur scène et à l'envoyer percuter le public. J'ai appris à m'ouvrir aux autres. J'ai appris à avoir de l'assurance. Chacune de ces choses, aussi un signifiantes qu'elles puissent paraître (bien qu'elles ne le soient pas), je les doit au Théâtre, à Camille, notre incroyable metteuse en scène, et à la troupe de gens formidables à qui j'ai toujours pu faire confiance.

      Ce qui est juste génial, avec cette troupe d'ados, c'est qu'il y en a pas deux qui se ressemblent. Non, il n'y a pas de profil type pour aimer le théâtre. On vient tous d'un peu partout, d'écoles différentes, avec des options différentes, des âges différents (de 12 à 19 ans), des histoires différentes, des caractères différents, des façons de voir le monde différentes. Bref, ça donne une union improbable qui n'aurait sans doute jamais eu lieu autrement et qui pourtant fait plus que fonctionner : elle flamboie (et non je ne me trompe pas de terme, c'est le mot juste).

      Au bout de deux ans et 5 représentations, la première aventure, notre pièce "Peter Pan Corp", s'est terminée. J'ai adoré être sur scène, jouer pour du public, j'ai compris à quel point des applaudissements peuvent être gratifiants. J'ai dû dire au revoir à beaucoup de membres de la troupes qui ne pouvaient pas continuer et s'en allaient poursuivre d'autres routes, ce qui, je l'admets et le constate seulement maintenant, m'a littéralement brisé le coeur. Partager des moments aussi forts, vivre des choses si grandes, si importantes, pendant si longtemps, puis retomber dans le quotidien, dans la solitude, dans le vide,... ça a été beaucoup trop difficile.

      Suite logique des événements, je me suis réinscrite l'année dernière. Ça a été très étrange au début, repartir à zéro avec autant d'inconnus, se rendre compte que l'expérience sera réellement différente puisque tout est différent. Je dois l'avouer, ça n'a pas été facile non plus, encore en deuil de mon ancienne troupe et mentalement assez fragile à cause d'autres choses, j'ai bien failli abandonner à plusieurs reprises. Je me rends d,ailleurs compte que je ne parle que d'aspects positifs depuis le début : n'allez pas croire que ça n,a jamais été que drôle et facile et magique de participer à l'atelier ado, c'est aussi du travail, de coups durs, des obstacles et des obstacles à surmonter, ce qu'il faut, c'est juste persévérer, parce que ça en vaut le coup.

      J'ai donc continué malgré tout et je ne le regrette pas le moins du monde. Cette année et demie à encore une fois été magnifique, enrichissante, passionnante et tout un tas d'adjectifs que je déteste utiliser sérieusement. On s'est battus pour faire passer notre message, pour porter nos personnages, pour faire rire et pleurer, pour ce spectacle qui nous tenait à coeur. Les Freaks (titre de la pièce et nom de notre famille) que j'ai trouvé, toutes des personnes géniales, et je n'exagère pas, je serai toujours reconnaissante de les avoir rencontrés.

      Et oui, encore une fois, c'est fini et je ne pourrai pas recommencer cette fois. Quatre ans, tout de même, c'est beaucoup... C'est beaucoup et en même temps, tellement de choses sont arrivées, tellement de choses ont changées, j'ai tellement changé, ça semble peu. Jouer, c'est tellement immense, en réalité.

      Enfin, tout ça pour dire : allez-y. Lancez vous. Faites ce qui vous plaît, essayez ce qui pourrait vous plaire, n'abandonnez pas. Il n'est jamais trop tard pour attraper des opportunités mais il ne faut pas les laisser passer. Et puis faites du théâtre, ou au moins allez en voir, c'est beaucoup plus fort que ce que vous vous imaginez et si vous pensez ne pas aimer ça, c'est que vous n'avez pas encore découvert le théâtre qui vous plaît...

     

    PS.: je repasse corriger plus tard mais je publie avant de m'endormir...

     


    votre commentaire

  • votre commentaire
  •  

    1. Under The bridge - Red Hot Chili Peppers

     

    2. Do I Wanna Know ? - Artic Monkeys

     

    3. Everybody Hurts - R.E.M.

     

    4. Please, Please, Please, Let Me Get What I Want - The Smiths

     

    5. The Cranberries - Ode To My Family

     

    6. Spanish Sahara - Foals

    /!\ ne pas écouter si vous n'avez pas encore joué à Life Is Strange, et surtout ne pas regarder les commentaires /!\

     

    7. Misses - Girls In Hawaii

     

    8. All Aplogies (MTV unplugged) - Nirvana

     

    9. Nuclear Bomb - Cherry Glazerr

     

    10.Pale Blue Eyes - Velvet Underground

     

    11. Like A Stone - Audioslave

     

    12. There Are Worse Things I Could Do - Grease

     

    13. The Show Must Go On - Queen

     

    14. Des Adieux - H.F.Thiéfaine

     

    15. Les Bateaux - Jean Leloup

     

    16. Tears Dry On Their Own - Amy Winehouse (Bonus : ça va aller !)

    https://www.youtube.com/watch?v=ojdbDYahiCQ

     

    Voila, une petite playlist pour les moments où les accords majeurs font plus de mal que de bien, prenez soin de vous et dites moi si la page bug trop, je mettrai des liens à la place des vidéos ;)

     

     

     


    2 commentaires
  • Encore une fois peu de nouvelles, je sais, et je suis encore une fois désolée (ça va devenir mon intro à chaque fois que je publie ici xD). Non pas que je respecte un programme, mais j'aimerais beaucoup voir eklablog reprendre un peu de son activité et je sais que rien ne se passera sans la participation des membres donc j'essaie d'être là plus souvent, même si pour l'instant c'est plutôt un échec ^^'

    En fait je gère plein de choses dans ma petite vie en ce moment et comme celles-ci ne tournent pas vraiment autour des sujets dont je parle sur le blog, j'ai rarement la force ou l'inspiration d'écrire un nouvel article et en être humain égoïste que je suis je ne me connecte presque jamais quand ce n'est pas pour publier, ce qui mène à ma disparition (sparition), ce qui est stupide.

    Il faut dire que ce serait déjà plus facile pour moi d'être au moins présente si ekla avait un minimum de cohérence sur androïd, je dis ça, je dis rien, mais faudrait peut être penser à faire quelque chose >__>

    Enfin ! Je me suis dit qu'au lieu d'attendre que la vie s'adapte, j'allais m'adapter alors attendez vous à voir des playlists et des articles de blabla plus que jamais dans les jours/semaines/mois qui viennent (oui, je ne sais même pas me prévoir moi-même, que voulez vous x) !

    Et je commence de ce pas en vous mettant à jour sur les thèmes de janvier, à savoir : "Comment faire pour que les gentils parents compréhensifs enregistrent enfin la signification du mot "bisexualité" qu'ils ont soudainement et étonnement totalement viré de leur répertoire ?", suivi du fameux "How the hell suis-je supposée trouver le courage d'aller parler à cette personne ? Je savais pas que c'était si compliqué !" pour finir avec notre cher "Lutter contre la flemme afin qu'elle ne se transforme pas en déprime en période hivernale ( avec un rhume en prime ), une partie de plaisir ? Nah."

    Voila, je ne pense pas que ma vie intéresse grand monde donc vous pouvez simplement prendre ces articles comme des bouteilles à la mer indiquant que je suis toujours en vie, de mon côté je vais essayer de trouver la motivation d'être plus régulière/présente grâce à ça et ma foi... on devrait s'en sortir !


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires