• Education et tristesse

    Pour cet article, une complication s'annonce : les systèmes belges et français, en ce qui concerne l'éducation, sont très différents et je n'ai jamais réussis à retenir cette histoire de collège et de lycée ou encore cette façon de compter les années bien qu'on me l'aie expliqué des centaines de fois, donc, je vais éviter d'aborder le sujet, d'autant plus que je ne suis pas vraiment concernée ^^'.

     

    Education et tristesse

     

     Cependant, je vais essayer d'expliquer, pour les francophones "non-belges", comment ça se passe ici, histoire que vous compreniez tout de même de quoi je parle ! Alors, je pense que c'est assez simple :

     Premièrement, il y a 3 années de maternelles pour les enfants de 3 à 6 ans, ensuite il y  a 6 années de primaires, de 6 à 12 ans (on compte les années dans l'ordre croissant, un enfant de 6 ans qui fait sa première année de primaire sera en première année, puis il passera en deuxième et ainsi de suite jusqu'à la sixième) et enfin il reste six années de secondaires de 12 à 18 ans (si on ne double pas, évidemment) et les années se comptent de la même façon qu'en primaire. Pour l'unif, les hautes écoles ou autre, on va éviter de s'embrouiller et les laisser de côté.

    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

     Maintenant que vous savez tout, on peut passer aux choses sérieuses : L'éducation se barre en petites cuillères. Elle se casse la gueule depuis des décennies et putain, c'est plus possible. Je veux dire, avant de parler des solutions, il faut bien prendre conscience de l'ampleur du problème : l'école est supposée nous apprendre des choses qui nous seront utiles dans notre vie future, ou à la rigueur si ce n'est pas le cas qui au moins nous passionnent, nous donner les aptitudes et les acquis nécessaires pour que l'on puisse devenir indépendants et notamment, former cet esprit critique dont nous avons tant besoin, or, actuellement, l'école ne nous apprend plus mais nous bourre le crâne d'informations qu'on ne nous demande même plus de comprendre, peut importe, puisque la seule chose qui compte, ce sont les résultats : son but actuel est de nous formater correctement (et je ne parle même pas de cette énorme connerie, grossière mascarade, idiotie monstrueusement perfide, perverse et manipulatrice de code vestimentaire) afin que nous devenions les beaux petits rouages parfaitement huilés de notre société de consommation. Joie.

     

    Education et tristesse

     

     Bon, ça c'est un fait et c'est très chiant, je pense qu'on est d'accord, mais justement, ce serait un peu con de se plaindre sans réfléchir à des solutions comme on le fait depuis des années pour au final conserver les mêmes problèmes éternellement, à condition bien sûr  de réfléchir correctement (n'est-ce pas, cher ""pacte d'excellence"" (ou "comment foutre la merde et vous faire croire qu'on règle vos problèmes"  pour les intimes)).

     Bref, voila ce que je propose :

     D'abord, je me suis rendue compte qu'on devrait revenir à la base, à la source et à la raison de l'existence de l'école : l'apprentissage. Qui vient encore à l'école plein d'enthousiasme et heureux d'apprendre de nouvelles choses ? Et qui vient  à l'école déprimé par les trois interros et douze devoirs qu'il n'a pas pu finir, harassé rien qu'à l'idée d'y passer un jour de plus ?

     Ensuite, je me suis dis que l'obligation jouait forcément un rôle dans ce dysfonctionnement. Attention, je sais que l'école obligatoire est un bon moyen de lutter contre l'ignorance et je suis consciente de son utilité, mais au final il est presque impossible de retenir réellement quoique ce soit d'un cour auquel on a pas envie d'assister, alors, et si à partir du secondaire, on proposait un nouveau système aux élèves, et si on leur disait:

     -Gouvernement : " Voila, on a compris que cette course aux résultats ne rimait à rien, alors on vous propose quelque chose d'autre; chaque année vous devrez nous remettre un travail de fin d'année mêlant vos connaissances en deux ou trois matières minimum (ex.: travail sur le romantisme décrivant à la fois les caractéristiques de cette littérature, les raisons historiques de son apparition et  les courants littéraires s'en rapprochant partout autour du monde). Pour se faire se trouvent à votre disposition des salles de recherches (bibliothèques, ordinateurs,...) mais surtout plusieurs cours donnés par des professeurs qualifiés et passionnés (puisqu'on s'est enfin décidé à les payer dignement et à les laisser s'occuper du programme des cours qu'ils donnent et connaissent bien mieux que nous) auxquels vous pourrez demander toute l'aide dont vous aurez besoin. De ce fait, vous pourrez choisir les cours auxquels vous assisterez sachant que votre travail de fin d'année devra de toute façon être fait. Au bout de vos six années de secondaires vous aurez ainsi pu vous constituer un dossier de travaux réalisés par vos soins sur des sujets qui vous intéressent et que vous serez libre de présenter aux universités, grandes écoles, entreprises,... de votre choix. Bien sûr, sous le mot "travaux" ne se cachent pas que des pages et des pages de papiers, en fonction des domaines que vous avez choisis, le dossier pourra très bien s'avérer être un travail d'ébenisterie, un programme informatique, une oeuvre d'art,..."

     

    Education et tristesse

     

     Au final, Je suis bien entendu consciente que ce système que j'ai imaginé présente certainement des failles, je pensais par exemple rajouter des heures de réunions entre élèves pour favoriser l'entre-aide et il ne faudrait pas non plus négliger les cours d'éductaion physique mais  je pense qu'en France comme en Belgique, les problèmes fondamentaux sont les mêmes, malgré les quelques différences de nos systèmes scolaires, alors si vous avez des idées pour les améliorer, je serai ravie de les connaitre, et peut être qu'un jour l'éducation évoluera enfin !

     

    ~*~


  • Commentaires

    1
    Samedi 20 Mai à 18:05

     Bien dit ! Mon Cookie, voilà un article comme on a pas l'habitude d'en voir ! Comme d'habitude, je suis d'accord avec la plupart des choses que tu dis. Il faudrait repenser l'école, l'éducation et le format aussi : parce que bon, enchaîner journée à rallonge sur journée à rallonge, ça va un moment. Il faudrait qu'élèves et professeurs travaillent ensemble, et qu'il y ait des réunions quotidiennes où tout le monde serait placé à égalité. Et tout cela à petite échelle bien-sûr, parce que les lycées (ou secondaires pour la Belgique) sont bien trop souvent surpeuplés... Mais tout cela est bien idéaliste et bien utopiste pour les vieux... néanmoins, dans le genre de ce que tu proposes, il y' a le lycée auto-géré de Paris, véritable avancée vers le futur : cours au choix, élèves quittèrent eux-mêmes leurs emplois du temps, assemblées générales quotidiennes pour COMMUNIQUER, cours d'arts et cours manuels, salles de lecture, de recherches, et possibilité de passer son baccalauréat (diplôme de fin de lycée en France, je ne sais pas si c'est pareil en Belgique ? ) quand on se sent près, c'est à dire même après l'âge "normal". Un rêve, hein ? Malheureusement, ce genre d'école est encore beaucoup trop cher, trop restreint et trop peu connu et accessible...  C'est à nous de changer les choses, non ? Pour cela, on peut commencer à agir à nos échelles, proposer des choses : pour prendre un exemple personnel, j'ai eu la chance d'arriver dans un lycée où une Maison des Lycéens avait été instaurée : une association gérée par les élèves pour les élèves, et qui donne de la vie à l'école : ventes de roses pour la St Valentin, ventes de tulipes pour la journée de l'Amitié, journée de l'Elégance, semaine Just Dance (parties géantes de Just Dance projetées dans le hall du lycée entre midi et deux), divers clubs pour s'épanouir et s'ouvrir  (clubs de dessin, musique, improvisation théâtrale, débats cinématographiques, mangas...) tout cela organisé et géré par les élèves. On s'occupe et on s'investit dans la vie de l'école, il y a des réunions toutes les semaines. Par exemple, en ce moment, nounous occupons des photos de classe pour l'année prochaine, nous sons sélectionné plusieurs photographes qui viendront nous rencontrer pour nous expliquer leurs projets respectifs, afin que nous puissions en choisir un dans l'intérêt de tout le monde. C'est déjà un premier pas vers une éducation nouvelle, je trouve, et c'est quelque choses qui nous fait nous sentir utiles !

    Alors c'est pour toutes ces raisons que j'ai tant aimé ton article et que je suis si en accord avec toi. Osons sortir des schémas imposés et occupons-nous du monde de demain, de notre monde ! 

     

    Avec toute mon Amitié, 

    Ta Chapardeuse !

    2
    Dimanche 21 Mai à 19:19

    Oui, c'est sûr que les organisations entre élèves sont déjà très importantes, même si ce que j'aimerais c'est un changement plus profond de l'enseignement, elles participent sûrement à cette évolution ^^

    Je n'étais pas au courant pour ce lycée à Paris, c'est très intéressant, je crois qu'il y en a un dans le même genre à Bruxelles, mais oui, forcément, il faut que les prix soient exorbitants, si seulement on mettait plus de budget dans l'enseignement que dans l'armement...

    Ton commentaire m'a fait très plaisir en tous cas, contente de voir que nous sommes sur la même longueur d'ondes :)

    Ton cookie et toute l'affection qui va avec ;)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :