• Écrits d'un être à propos d'autres êtres

    Être et autres Êtres:

     

    Parfois la plume agit d'elle même

    Et écrit pour nous

    Du délice au dégout

     

    Écrits d'un être à propos d'autres êtres

     

    Parfois la plume obéit

    Et raconte grâce à nous

    Des histoires les boyaux et les bijoux

     

    Écrits d'un être à propos d'autres êtres

     

    Mais quoiqu'il en soit

    La plume capte toujours

    Nos trypes et nos profondeurs.

     

    Écrits d'un être à propos d'autres êtres

     

     .récits.

     

     

    *Les oeuvres sont de Vladimir Kush, peintre surréaliste russe*

     

  • Éteignez les lumières, juste un instant, je veux voir la nuit.

     

    Éteignez les espoirs, les vouloirs, les lamentations et les déceptions.

    Éteignez les émotions, les sensations, les peurs et les douleurs.

    Éteignez les respirations, les poumons , les coeurs et les haut-le-coeur.

    Éteignez cette humanité bruyante, cette humanité brouillée.

     

    Éteignez les lumières, juste un instant, je veux voir la nuit.


    2 commentaires
  • Je vis alors ce qu'au monde je redoutais le plus : la Reine haussa un sourcil.                              Ce parfait petit arc de cercle me terrifiait car, chaque fois que j'avais eu le malheur de l'observer, j'avais cru y voir un homme pendre au bout de sa corde.                                                         Dans l'attente de la sanction adéquate à l'outrage dont j'avais, de quelque façon, affligé sa Majestée, j'essayais de trouver sur mon propre visage le moyen d'exprimer la plus profonde des désolations quand, soudain, un bruit se fit entendre.                                                                        Il était aigu et tranchant comme le froid du plus rude des hivers et brisa l'expression concernée des faces fardées de l'assemblée en milliers d'éclats glacés d'un coup net.                                  La reine riait...                

    ~*~ 

     

    D'où est-ce que ça vient, que vais-je en faire ? Grande question, en tous cas je le pose ici ^^


    votre commentaire
  • Aile marchait dans la rue.

    Aile s'est arrêtée

    Pour poser une fleur sur sa tombe

    Et Aile est repartie.

     

    Je suis restée là, j'ai pleuré.

    Aile est revenue,

    Aile m'a prise par la main

    Et je l'ai suivie.

     

    On s'est enfin assises

    À la terrasse d'un petit café.

    J'ai pris un amaretto,

    Aile, un whisky.

     

    Il était tard. L'enterrement

    Avait eu lieu l'après-

    Midi nous errions,

    Et nous errons encore.

     

    Elle était belle, Gaïa,

    Avec ses cheveux bleus,

    Avec ses yeux verts,

    Elle était belle.

     

    Mais si cruelle, Gaïa,

    Si drôle et si nébuleuse,

    Si méchante, si rugueuse et

    Si absurde, parfois... souvent.

     

    Aile et moi, on a jamais su.

    Amour ?

    Haine ?

    Indifférence ... quelle différence ?

     

    Trop tard :

    Elle n'est plus.

    Qui était-elle ?

    Qui est-Aile ? Tant pis.

     

    Gaïa est morte,

    J'ai pleuré

    Et Aile était là.

     

     ~*~

     

     

    PS.: Qu'est-ce que c'est ? Je ne sais pas, sûrement un des effets secondaires du surmenage scolaire. Est-ce que je risque de le modifier au fil du temps ? Peut-être.


    6 commentaires
  • ...

     

    Les artistes sont des héros sacrifiés sur l'autel de notre douleur.

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Au fond de la cave,

    Il y a cette chose.

    Cette chose qui pleure

    Toute la pluie du monde,

    Autant de gouttes

    Que de bonheurs perdus.

     

    Au fond de la cave,

    Il y a un corps vide.

    Un corps vide qui coule

    Dans l'océan,

    Qui sombre

    Et s'enveloppe d'ombres.

     

    Au fond de la cave,

    Il y a trois bouteilles de vin

    Et une toile de rien.

     

    (importé de Falling Demons)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique